Siguénos

La rue Torreta et la rue Nueva

Home La rue Torreta et la rue Nueva

La rue escarpée Torreta, que nous avons laissée à droite, ne fut pas un lieu direct des Événements, mais un témoin silencieux des allées et venues de ces heures tragiques, de la montée et de la descente des gardes civils et d’assaut, des autorités civiles et militaires, de paysans battus et arrêtés comme Quijada, pour finir par assister au défilé de nombreux morts se rendant au cimetière du Cañuelo. Nous ne savons pas si ce serait l’une des raisons pour lesquelles Campúa souhaitait que cette rue soit arrêtée dans le temps lorsque cette image a été prise en janvier 1933. En tout cas, il s’agissait d’un territoire anarchiste en raison de sa proximité avec la rue Nueva. Dans le journal Nuevo Mundo, où la photo est parue le 20 janvier 1933, la légende de celle-ci disait “Rue qui monte à la place où les extrémistes ont commencé à tirer”. Cette description est fausse car elle conduit au bord inhabité méridional du plateau. Le sol de cette rue est un exemple parfait de la double structure du village en 1933. La partie pavée correspond aux maisons des familles plus aisées, comme le propriétaire Antonio Pérez Blanco qui avait une maison au début de la rue Torreta à droite. L’autre partie est de terre et correspond aux huttes dispersées par cette rue.

En ce qui concerne la rue Nueva, soulignons que celle-ci a été la protagoniste principale des Événements. Non seulement parce que c’était le lieu central des Événements, mais aussi parce que la plupart des victimes y vivaient. Sur les 25 personnes tuées, 16 vivaient dans cette rue, soit 72%. Une forte proportion de ceux qui ont participé vivaient également ici. La rue Nueva était le centre névralgique des paysans qui militaient dans le syndicat. C’étaient des journaliers arrivés dans le premier tiers du XXe siècle et qui avaient construits leurs huttes sur ces terres.

La photo, probablement de Campúa, donne un aperçu de cette rue le 14 janvier 33.